Accueil
Peinture
Cinéma
Lieux et monuments

Guillaume APOLLINAIRE

La poésie surréaliste

"A la fin tu es las de ce monde ancien" (Alcools)

Guillaume Apollinaire, pseudonyme de Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, naît à Rome le 26 août 1880. Né de père inconnu, il vit avec sa mère, une femme aventurière qui l'emmènera en Belgique (Stavelot), en Italie et à Monaco.
A 20 ans, il fréquente la bohème parisienne où il vit d'expédients : littérature alimentaire (romans populaires d'aventure, héroïque ou érotique). Soupçonné dans le scandale du vol de la Joconde, il sera emprisonné durant une semaine à la prison de la Santé ; cette expérience aura beaucoup d'influence sur lui.
Il fut précepteur dans une famille allemande. C'est chez cette famille qu'il rencontre une anglaise prénommée Annie avec qui il aura une aventure amoureuse. Lorsque Annie le quitte, il la suit en vain jusqu'en Angleterre, c'est suite à cela qu'il se destinera à l'amour impossible.
De retour en France en 1908, on lui connaîtra une liaison avec l'artiste peintre Marie Laurencin. En 1910, il commence l'écriture de poèmes recueillis dans Alcools.
Il s'engage dans l'armée en 1914, il dira avoir aimé la guerre en parlant de « beau spectacle ». La guerre est pour lui l'occasion de se livrer à une vie de plaisirs.
Blessé à la tête par un éclat d'obus en 1916, il retourne à Paris.
Guillaume Apollinaire meurt en 1918 de la grippe espagnole. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris.
Apollinaire est l'innenteur du mot "surréalisme" en 1918.

Bibliographie (extrait) :

AlcoolsEditions NRF
Le Bestiaire
Calligrammes
L'Enchanteur pourrissant
Le Guetteur Mélancolique
Le poète assassiné
Lettres à Lou
Poèmes à la Marraine
Le Poète assassiné
Les Mamelles de Tirésias
Casanova (publié en 1952)
Les Onze mille verges
Les Exploits d'un jeune Don Juan
Le Flâneur des deux rives (1919)
Les Peintres cubistes
Les Poètes d'aujourd'hui
L'Antitradition futuriste

Quelques poèmes

Le Pont Mirabeau

Sous le pont Mirabeau coule la Seine Calligrammes, Editions Poésie/Gallimard
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine.
Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains restons face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

 

L'Adieu

J'ai cueilli ce brin de bruyère Le Guetteur mélancolique Editions NRF
L'automne est morte souviens-t'en
Nous ne nous verrons plus sur terre
Odeur du temps brin de bruyère
Et souviens-toi que je t'attends

 

Automne

Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d'automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux
Et s'en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d'amour et d'infidélité
Qui parle d'une bague et d'un cœur que l'on brise

Oh ! l'automne a fait mourir l'été
Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises

 

Nuit rhénane

Mon verre est plein d'un vin trembleur comme une flamme Poèmes à Lou - Edition Poésie/Gallimard
Ecoutez la chanson lente d'un batelier
Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu'à leurs pieds
Debout chantez plus haut en dansant une ronde
Que je n'entende plus le chant du batelier
Et mettez près de moi toutes les filles blondes
Au regard immobile aux nattes repliées

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l'or des nuits tombe en tremblant s'y refléter
La voix chante toujours à en râle-mourir
Ces fées aux cheveux verts qui incantent l'été

Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire