Accueil
Peinture
Littérature
Lieux et monuments

Jean GABIN

Le monstre sacré du cinéma français

Jean Gabin dans Pépé le MokoJean Gabin, de son vrai nom Jean Gabin Alexis Moncorgé, est né à Paris le 18 mai 1904. Son père tient un bistrot, mais il s'essaie également à l'opérette, sous le pseudonyme de Joseph Gabin, quant à sa mère elle est chanteuse de café-concert.
Jean Gabin grandit à la campagne, à Mériel, dans le Val d'Oise. Il est en grande partie élevé par sa soeur aînée.
Il n'a que quinze ans lorsque sa mère décède. Jean Gabin commencera assez tôt a enchaîner les petits boulots, de garçon de bureau à manoeuvre dans une fonderie ! Son rêve à l'époque est de conduire une de ces locos à vapeur qu'il ne se lasse pas de regarder. Il est pourtant encore loin de La Bête Humaine...
L'entrée de Jean Gabin dans le monde du spectacle se fera par la petite porte, il sera figurant aux Folies Bergère. Après son service militaire, il deviendra un véritable artiste de music-hall. Sa spécialité : l'imitation de Maurice Chevalier. Pendant deux ans, il se produira en France et à l'étranger avec son tour de chant.
C'est en 1930 que Jean Gabin va commencer sa carrière au cinéma. Des films comme La Belle Equipe (1936) et Pépé le Moko (1937) vont rapidement faire de lui une vedette, un statut qui ne le quittera plus jusqu'à la fin de sa vie.
Jean GabinEn 1938, il joue une scène inoubliable avec Michelle Morgan dans Quai des Brumes. C'est la fameuse réplique "T'as de beaux yeux, tu sais".

En 1941, Jean Gabin part aux Etats Unis pour ne pas avoir à tourner avec les nazis. Il rencontrera là bas Marlène Dietrich, avec qui il aura une liaison jusqu'en 1947. Mais Jean Gabin ne se contentera pas de suivre la guerre de loin. En effet, en 1943, il rejoint les Forces françaises libres et deviendra chef de char dans la 2ème DB. Sa conduite lui vaudra la médaille militaire et la Croix de Guerre. Il est démobilisé à 41 ans, et retrouve enfin le cinéma.

A partir de 1952, la vie de Jean Gabin va se partager entre son métier de comédien et sa passion : l'élevage de chevaux. C'est cette année là qu'il achète en Normandie un domaine, La Pichonnière, et y bâtit sa demeure La Moncorgerie. En 1962 pourtant, un conflit avec les paysans qui iront jusqu'à encercler sa propriété le blessera profondément.

En 1976, Jean Gabin décède des suites d'une leucémie. Incinéré, il demandera que ses cendres soient dispersées en mer d'Iroise.

Quelques films de JEAN GABIN

Quai des Brumes, Jean Gabin et Michelle Morgan1932 : Les Gaietés de l'escadron (Maurice Tourneur)
1936 : La Belle Équipe (Julien Duvivier)
1936 : Les Bas-Fonds (Jean Renoir)
1937 : Pépé le Moko (Julien Duvivier)
1937 : La Grande Illusion (Jean Renoir)
1937 : Gueule d'amour (Jean Grémillon)
1938 : Quai des brumes (Marcel Carné)
1938 : La Bête humaine (Jean Renoir)
1939 : Le jour se lève (Marcel Carné)
1941 : Remorques (Jean Grémillon)
1950 : La Marie du port (Marcel Carné)
1952 : La Vérité sur Bébé Donge (Henri Decoin)
1952 : La Minute de vérité (Jean Delannoy)
1954 : Touchez pas au grisbi (Jacques Becker)
1955 : French Cancan (Jean Renoir)
1955 : Razzia sur la chnouf (Henri Decoin)
1955 : Chiens perdus sans collier (Jean Delannoy)
1955 : Gas-oil (Gilles Grangier)
1956 : Des gens sans importance (Henri Verneuil)
Le sang à la tête1956 : Voici le temps des assassins (Julien Duvivier)
1956 : Le Sang à la tête (Gilles Grangier)
1956 : La Traversée de Paris (Claude Autant-Lara)
1956 : Crime et Châtiment (Georges Lampin)
1957 : Le rouge est mis (Gilles Grangier)
1958 : Les Misérables (Jean-Paul Le Chanois)
1958 : Maigret tend un piège (Jean Delannoy)
1958 : En cas de malheur (Claude Autant-Lara)
1958 : Le Désordre et la nuit (Gilles Grangier)
1959 : Archimède le clochard (Gilles Grangier)
1959 : Maigret et l'affaire Saint-Fiacre (Jean Delannoy)
1959 : Le Baron de l'écluse (Jean Delannoy)
1960 : Les Vieux de la vieille (Gilles Grangier)
1960 : Le Président (Henri Verneuil)
1961 : Le cave se rebiffe (Gilles Grangier)
1962 : Un singe en hiver (Henri Verneuil)
1962 : Le Gentleman d'Epsom (Gilles Grangier)
En cas de malheur - Jean Gabin et Brigitte Bardot1963 : Mélodie en sous-sol (Henri Verneuil)
1963 : Maigret voit rouge (Gilles Grangier)
1965 : Du rififi à Paname (Denys de La Patellière)
1966 : Le Jardinier d'Argenteuil (Jean-Paul Le Chanois)
1967 : Le Soleil des voyous (Jean Delannoy)
1968 : Le Pacha (Georges Lautner)
1968 : Le Tatoué (Denys de La Patellière)
1969 : Le Clan des Siciliens (Henri Verneuil)
1969 : La Horse (Pierre Granier-Deferre)
1971 : Le Chat (Pierre Granier-Deferre)
1971 : Le drapeau noir flotte sur la marmite (Michel Audiard)
1973 : L'Affaire Dominici (Claude Bernard-Aubert)
1973 : Deux Hommes dans la ville (José Giovanni)
1974 : Verdict (André Cayatte)
1976 : L'Année sainte (Jean Girault)

La Bête HumaineMaigret voit rouge